www.nuitdorient.com

accueil -- nous écrire -- liens -- s'inscrire -- site

Le But du « Palestinisme »

Par Richard L. Cravatts, membre du Freedom Center Journalism Fellow in Academic Free Speech et président émérite de Scholars for Peace in the Middle East, est l'auteur de Dispatches From the Campus War Against Israel and Jews.

Source : https://www.frontpagemag.com/fpm/2021/09/palestinianism-and-new-anti-semitism-richard-l-cravatts/

9/9/21

Texte en anglais ci-dessous

Ce qu'est réellement la prétendue quête d'un État palestinien et de justice sociale.

Une enquête récente menée par Alums for Campus Fairness, "A Growing Threat : Antisemitism on College Campuses", a demandé à quelque 500 étudiants et anciens étudiants juifs de l'université quelles étaient leurs perceptions de l'antisémitisme sur les campus. Les résultats de l'enquête étaient troublants, étant donné que : "Près de 100 % des personnes interrogées ont déclaré que l'antisémitisme est/était un problème sur leur campus, 95 % des personnes interrogées ont identifié l'antisémitisme comme un problème sur les campus universitaires américains, trois sur quatre le décrivant comme un "problème très grave", près de la moitié des étudiants actuels déclarent que l'antisémitisme s'aggrave sur leur campus et 69 % des étudiants et diplômés déclarent avoir évité certains lieux, événements ou situations à l'école parce qu'ils sont juifs.

Quiconque est familier avec l'état actuel des choses sur les campus universitaires sait que la racine d'une grande partie de cette animosité envers les étudiants juifs est la campagne universitaire en cours contre Israël et le sionisme, et que les étudiants juifs, qu'ils soutiennent ou non l'État juif, se retrouvent régulièrement la cible de dérision, de sectarisme et de condamnation simplement parce qu'ils sont juifs.

En fait, la recherche a démontré très clairement que l'agitation contre Israël - y compris la campagne toxique de Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS) - par des étudiants activistes corrosifs tels que « Students for Justice in Palestine » (SJP) augmente à la fois la fréquence et l'intensité des discours et expressions antisémites. Un rapport de 2019 de l'Initiative AMCHA, une organisation de surveillance de l'antisémitisme sur les campus, a par exemple révélé que "le mandat de BDS de boycotter ou de supprimer les programmes, les collaborations, les événements ou l'expression qui favorisent "la normalisation d'Israël dans l'académie mondiale", ainsi que le mandat académique de "bon sens" conforme à BDS de critiquer, protester et boycotter les individus qui sont jugés complices ou favorables aux crimes présumés d'Israël, semblent encourager grandement les comportements antisémites."

Un rapport antérieur de l'AMCHA avait trouvé des liens similaires entre l'activisme anti-israélien et la présence d'antisémitisme sur les campus ayant des chapitres SJP. Ce rapport concluait, de manière choquante, que "la présence d'un ou plusieurs groupes d'étudiants antisionistes est très fortement corrélée au nombre global d'incidents antisémites. 99% des écoles avec un ou plusieurs groupes d'étudiants antisionistes actifs ont connu un ou plusieurs incidents d'activité antisémite, alors que seulement 16% des écoles sans groupe d'étudiants antisionistes actifs ont connu des incidents d'activité antisémite." Selon le rapport, les campus avec SJP ou d'autres groupes d'étudiants antisionistes sont "très fortement associés à l'occurrence d'expressions antisémites". 91% des écoles avec un ou plusieurs groupes antisionistes actifs ont montré des signes d'expression antisémite, alors que seulement 16% des écoles sans groupe étudiant antisioniste actif ont montré des signes d'expression antisémite".

Le SJP et d'autres groupes d'étudiants, ainsi que leurs parrains universitaires, sont les fantassins de la campagne mondiale en faveur du « palestinisme », mais l'idéologie qui anime la cause palestinienne est évidente non seulement dans les murs de lierre des universités, mais aussi à l'ONU, dans les ONG, au département d'État, dans la rue arabe, dans les parlements et les congrès où les bavards prétendent s'engager en faveur de l'autodétermination des Arabes et semblent n'avoir aucun problème à sacrifier, si nécessaire, la seule démocratie du Moyen-Orient dans le cadre de cet effort.

Au cœur de cette campagne de propagande visant à consacrer le palestinisme - dans lequel la souffrance des Palestiniens a finalement pris le pas sur la souffrance historique et la dépossession des Juifs - se trouve l'appropriation massive et délibérée du langage et des symboles des Juifs par les ennemis qui souhaitent éradiquer, non seulement le passé juif, mais l'existence même de l'État juif. Ainsi, le monde arabe minimise ou nie le génocide réel des Juifs d'Europe pendant l'Holocauste, alors qu'il dénonce Israël pour avoir commis un nouvel "holocauste" contre les Palestiniens par le biais du nettoyage ethnique, de la barbarie militaire et des crimes de guerre.

Les Palestiniens parlent régulièrement d'eux-mêmes comme étant dispersés dans une diaspora, ce qu'ils appellent leur propre "Nakba", une catastrophe, tout comme les Juifs avaient traditionnellement parlé de leur propre dispersion de leur patrie après la destruction du Second Temple. Alors que l'agression arabe et les pulsions meurtrières contre les Juifs ont été incessantes - avant et depuis la création d'Israël - le « palestinisme » a réussi à faire passer les Palestiniens arabes pour les éternelles victimes de la suprématie juive, même si les objectifs irrédentistes des islamistes d'établir un État exclusivement musulman dans la Palestine historique est la forme même d'autodétermination qui est sans cesse décriée par Israël comme étant raciste, inhumaine, criminelle au niveau international et moralement inacceptable.

La large adhésion de l'Occident au palestinisme a été menée, pour l'essentiel, par les élites intellectuelles, dont les propres préjugés contre Israël et les États-Unis servent à animer, et à promouvoir largement, la campagne visant à vilipender, diffamer et délégitimer Israël. Bien que les bouffonneries idéologiques des groupes d'étudiants anti-Israël soient les aspects les plus visibles de l'agenda de la haine d'Israël, ce passage à l'acte et la rhétorique stridente des étudiants seraient sans conséquence si ce mouvement ne bénéficiait pas du soutien intellectuel et moral total des membres du corps enseignant - ceux qui ont le prestige et la force académique pour donner de la crédibilité et de l'influence à la guerre des idées contre l'État juif.

L'orientation libérale des facultés universitaires a rendu inévitable le fait que de nombreux professeurs d'université remettent en question l'intégrité du sionisme, quand ils ne dénoncent pas carrément l'existence même d'Israël comme une tache morale sur le monde qui opprime les Arabes et qui fait des États-Unis les complices de cette oppression coloniale et militariste injustifiée. Les professeurs bien-pensants qui dénoncent perpétuellement Israël n'ont cependant pas forcément un grand engagement moral envers les Palestiniens.

En fait, cet engagement est souvent accessoire à leur objectif premier : non pas aider réellement l'autodétermination palestinienne par des conseils et un soutien constructifs et tactiques - ce qui a toujours fait cruellement et visiblement défaut - mais affaiblir le soutien à Israël avec l'intention ultime, partagée par les ennemis jihadistes d'Israël, de l'éliminer complètement. La fausse rectitude qu'ils utilisent pour se protéger de la critique réconforte ceux qui, autrement, verraient la cruauté morale fondamentale de leurs attaques contre Israël. Et ils sont également lâches dans leur attitude moralisatrice pour avoir adopté une position aussi tranchée contre Israël, un point de vue et une approche philosophique qui ne demandent aucun courage dans l'Occident qui déteste les Juifs.

Bien sûr, le fait d'afficher son engagement envers les opprimés est très répandu parmi les gauchistes des campus, dont beaucoup pensent que, parce qu'ils recherchent la justice sociale pour les Palestiniens et tentent d'éliminer ce qu'ils définissent comme la nouvelle version israélienne de l'apartheid, tout ce qu'ils disent ou font pour délégitimer Israël est acceptable, voire nécessaire. Ainsi, ils exhortent Israël à modifier ses pratiques politiques, non seulement pour mettre fin aux souffrances des Palestiniens, mais aussi, prétendent-ils, pour le bien des Israéliens et des Juifs de la diaspora.

Ces professeurs stupides (et leurs étudiants complices), qui n'ont jamais eu à faire face à une menace physique plus grave que d'être bousculés en faisant la queue pour un café au lait chez Starbucks, sont tout à fait disposés à gronder Israël lorsqu'il se défend contre les attaques incessantes de roquettes en provenance de Gaza destinées à tuer des civils israéliens. Ces mêmes professeurs, dont beaucoup des critiques les plus virulentes proviennent de départements de sciences humaines, de littérature, d'anthropologie, d'histoire et de sociologie, sont, sans aucune expertise dans le domaine militaire, désireux de conseiller les responsables israéliens sur les règles de la guerre et de dénoncer le manque de "proportionnalité" dans les tentatives d'Israël de défendre sa population contre les meurtriers jihadistes. Et ils sont si désireux d'affirmer publiquement leur légitimité en tant que défenseurs de la cause palestinienne qu'ils embrassent et "érotisent" la violence terroriste et s'alignent volontiers sur les ennemis mortels d'Israël qui cherchent à l'anéantir, contribuant ainsi, comme le dit lyriquement l'essayiste David Solway, "à la haine ammoniacale de la couvée actuelle de crypto-antisémites [sic] se faisant passer pour des antisionistes".

Cette condescendance culturelle, le mensonge fallacieux de la gauche selon lequel toutes les cultures sont égales, mais certaines sont plus ou moins égales, pour paraphraser Orwell, conduit les libéraux dans le piège moral où ils dénoncent l'autodéfense militaire d'Israël comme étant barbare, criminelle et nazie (parce qu'Israël est une nation puissante et démocratique) et excusent ou excusent régulièrement le terrorisme arabe génocidaire comme étant le résultat acceptable et inévitable d'un peuple faible souffrant de l'oppression occidentale. La violence de la part des opprimés est acceptée par les libéraux parce qu'elle est considérée comme étant la faute des nations fortes dont l'asservissement de ces peuples sans défense est la cause même de leur résistance violente.

En fait, lorsque des professeurs gauchistes qui détestent Israël, comme le toxique Joseph Massad de l'Université de Columbia, font l'apologie de la terreur palestinienne, il la justifie en caractérisant l'existence même d'Israël comme étant moralement défectueuse, en raison, selon lui, de sa nature raciste et impérialiste inhérente. Pour lui, les nations racistes et impérialistes ne peuvent même pas justifier leur propre autodéfense, alors que les victimes de ces régimes sont libres de "résister", conformément à la notion de droits de l'homme universels de la gauche - mais surtout pour les faibles. "Ce sur quoi les Palestiniens insistent en fin de compte, c'est qu'il faut apprendre à Israël qu'il n'a pas le droit de défendre sa suprématie raciale", a écrit Massad, "et que les Palestiniens ont le droit de défendre leur humanité universelle contre l'oppression raciste d'Israël."

Dans le cadre du désir fervent des universitaires de faire des campus des lieux socialement idéaux où les conflits raciaux et culturels cessent d'exister, le palestinisme gagne en popularité dans le cadre de la campagne visant à réaliser la "justice sociale" pour les groupes de victimes marginalisées - dont les Palestiniens arabes, longtemps lésés, qui sont désormais la victime préférée du tiers-monde.

Pour la gauche, selon David Horowitz, un ancien gauchiste radical devenu conservateur, la justice sociale est "le concept d'un monde divisé entre oppresseurs et opprimés".  Ceux qui recherchent la justice sociale le font donc dans l'intention d'égaliser les règles du jeu économiques, culturelles et politiques ; ils cherchent à reconstruire la société de manière à désavantager les puissants et les élites, et à les renverser si nécessaire, afin que les dépossédés et les faibles puissent acquérir une position égale. En d'autres termes, la gauche aspire à une société utopique qui n'existe pas encore et est prête à reconstruire et à renverser le statu quo existant - souvent à un coût humain terrible - dans le but de rechercher une soi-disant "justice" pour ceux qui, selon elle, ont été oubliés ou abusés par l'histoire. Selon Horowitz, ce "radicalisme est une cause dont les programmes utopiques aboutissent à une éthique où la fin l'emporte sur les moyens et les justifie en fin de compte", un point de vue qui signifie que les gauchistes occidentaux en sont venus à partager leur sympathie pour les tactiques et l'idéologie des jihadistes qui cherchent à renverser les idéaux occidentaux dans leur quête d'un califat islamique, ce qu'Horowitz appelle une "alliance impie" de la gauche et des islamistes dans leur quête de justice sociale.

Dans cette dangereuse alliance, Israël est continuellement dénoncé comme un État raciste, un régime agressif et militariste qui inflige des souffrances disproportionnées aux infortunés Palestiniens, ce qui renforce l'argument selon lequel cette inégalité est intrinsèquement et inexorablement mauvaise, qu'elle doit être corrigée et rendue juste. Ainsi, lorsque des groupes d'étudiants radicaux tels que « Students for Justice in Palestine » ont pour mission principale, comme leur nom l'indique, d'apporter leur propre vision de la justice au Moyen-Orient, il s'agit de justice uniquement pour les opprimés, les Palestiniens, et non pour l'oppresseur, Israël, dont la position de pouvoir n'a été rendue possible qu'en raison d'une "hiérarchie de classe et de race [qui] existe globalement".

Pour la gauche, la justice sociale ne concerne que les laissés-pour-compte, les "victimes" des sociétés occidentales injustes, ceux dont les souffrances sont ostensiblement causées par les nations impérialistes, capitalistes, militantes et hégémoniques - l'Amérique et Israël en tête. Et sur les campus, où les professeurs libéraux ont presque sacralisé la politique de la race et de la classe et ont identifié des ensembles spécifiques de groupes de victimes favorisées pour lesquelles la justice sera recherchée, le culte de la "victimisation" a même conduit à un enseignement obligatoire sur les mécanismes de réalisation de la justice sociale pour les faibles de la société.

Cette vision du Juif, ou d'Israël, l'État juif, en tant que déstabilisateur politique, est, bien sûr, également au cœur de l'idéologie du palestinisme et de la notion selon laquelle les victimes du pouvoir juif sont les dépossédés et les faibles pour lesquels les universitaires libéraux cherchent prétendument à obtenir justice. Toutes les tactiques, y compris la terreur et la violence, sont considérées comme appropriées et excusables dans la cause des victimes qui veulent se débarrasser du joug de l'oppression, de sorte que le Palestinien, qui subit manifestement des humiliations quotidiennes et qui est sans cesse privé d'une patrie et du droit à l'autodétermination, est devenu l'exemple parfait de l'archétype de la victime contemporaine, de "l'autre" du tiers-monde, un refuge tragique sans abri, dépossédé et omniprésent, dont la détresse peut être directement attribuée au colonialisme supposé de l'État "colonisateur" d'Israël.

Cette rationalisation, selon laquelle la violence est une composante acceptable, voire bienvenue, du palestinisme - c'est-à-dire que la "violence" inhérente à l'impérialisme, au colonialisme ou au capitalisme sera combattue par la même violence lorsque les opprimés tenteront de se débarrasser de leurs oppresseurs - est exactement le style de rationalité autodestructrice qui, à notre époque, s'est avéré être un élément insoluble de la guerre contre le terrorisme. Les universitaires qui détestent l'Amérique et Israël ont souvent souhaité que ces pays soient victimes des groupes de victimes auxquels ils accordent volontiers leur sympathie. Ils attribuent fréquemment, et à tort, à la pauvreté et à l'impuissance l'inclination au terrorisme de la part d'individus autrement faibles et opprimés. Et, comme les apologistes gauchistes de la violence révolutionnaire dans des exemples antérieurs de résistance, ils voient une occasion de retourner la situation contre les oppresseurs et d'obtenir une distribution égale de la souffrance dans le changement de pouvoir qui en résulte.

Le rejet presque total par la gauche de toute reconnaissance de la bonté de la part des pays occidentaux, qui cultivent et encouragent le palestinisme, est, selon la commentatrice Melanie Phillips, symptomatique de la croyance des universitaires en leur propre supériorité morale, une caractéristique qui, du moins dans leur propre esprit, leur confère une vision du monde plus authentique et fondée sur des principes.

Sous l'emprise d'une pensée de groupe qui les pousse à faire des génuflexions devant la culture de la victime et la déconstruction de la moralité occidentale et du concept de vérité", écrit Melanie Phillips, "un nombre consternant de nos esprits supposés les plus brillants ont été transformés de personnes qui répandent la lumière en personnes qui projettent l'obscurité devant eux".

--

The Goal of Palestinianism

by Richard L. Cravatts,  a Freedom Center Journalism Fellow in Academic Free Speech and President Emeritus of Scholars for Peace in the Middle East, is the author of Dispatches From the Campus War Against Israel and Jews.

Source: https://www.frontpagemag.com/fpm/2021/09/palestinianism-and-new-anti-semitism-richard-l-cravatts/

9/9/21

What the supposed quest for Palestinian statehood and social justice is really about.

A recent survey conducted by Alums for Campus Fairness, “A Growing Threat: Antisemitism on College Campuses,” asked some 500 Jewish-affiliated college students and recent alumni what their perceptions were regarding campus anti-Semitism. The findings of the survey were troubling, given that: “Nearly 100% of respondents said antisemitism is/was a problem on their campus,” “95% of respondents identified antisemitism as a problem on U.S. college campuses, with three out of four describing it as a ‘very serious problem,’” almost “half of current students say antisemitism is getting worse on their campus,” and “69% of students and grads say they have avoided certain places, events, or situations at school because they are Jewish.”

Anyone familiar with current state of affairs on university campuses knows that the root of much of this animus towards Jewish students is the ongoing university campaign against Israel and Zionism, and that Jewish students, whether they even support the Jewish state or not, regularly find themselves the target of derision, bigotry, and condemnation simply because they are Jewish.

In fact, research has demonstrated quite clearly that agitation against Israel—including the toxic Boycott, Divestment, and Sanctions (BDS) campaign—by such corrosive student activists as Students for Justice in Palestine (SJP) increase both the frequency and intensity of anti-Semitic speech and expression. A 2019 report by The AMCHA Initiative, a campus anti-Semitism watchdog organization, for example, revealed that “BDS’s mandate to boycott or suppress programs, collaborations, events, or expression that promote ‘the normalization of Israel in the global academy,’ as well as the academic BDS-compliant ‘common sense’ mandate to criticize, protest and boycott individuals who are deemed complicit with or supportive of Israel’s alleged crimes, appear to greatly encourage antisemitic behavior.”

An earlier AMCHA report had found similar connections between anti-Israel activism and the presence of anti-Semitism on those campuses with SJP chapters. That report concluded, shockingly, that the “presence of one or more anti-Zionist student groups is very strongly correlated with the overall number of antisemitic incidents. 99% of the schools with one or more active anti-Zionist student group had one or more incidents of antisemitic activity, whereas only 16% of schools with no active anti-Zionist student group had incidents of antisemitic activity.” Campuses with SJP or other anti-Zionist student groups, the report found, were “very strongly associated with the occurrence of antisemitic expression. 91% of the schools with one or more active anti-Zionist group showed evidence of antisemitic expression, whereas only 16% of schools with no active anti-Zionist student group showed evidence of antisemitic expression.”

SJP and other student groups, along with their faculty sponsors, are the foot soldiers in the worldwide campaign of Palestinianism, but the ideology which animates the Palestinian cause is evident not only in the ivy walls of academia, but also in the UN, NGOs, the State Department, the Arab street, and in parliaments and congresses where the chattering classes purport to be committed to Arab self-determination and seem to have no issue with sacrificing, if necessary, the Middle East’s sole democracy as part of that effort.

Central to this propaganda campaign to enshrine Palestinianism—in which the suffering of the Palestinian has finally trumped the historic suffering and dispossession of the Jews—is the wholesale, deliberate appropriation of the language and symbols of the Jews by the foes who wish to eradicate, not only the Jewish past, but the very existence of the Jewish state. Thus, the actual genocide of European Jewry during the Holocaust is either minimized or denied by the Arab world at the same time that Israel is denounced for committing a new “holocaust” against the Palestinians through ethnic cleansing, military barbarism, and war crimes.

Palestinians regularly refer to themselves as being dispersed in a Diaspora, what they call their own “Nakba,” a catastrophe, just as Jews had traditionally spoken of their own scattering from their homeland after the destruction of the Second Temple. While Arab aggression and homicidal impulses against Jews have been unrelenting—before and since the creation of Israel—Palestinianism has been successful in casting the Arab Palestinians as the perennial victim of Jewish supremacism, even though the irredentist aims of the Islamists to establish a Muslim-only state in historic Palestine is the very form of self-determination that is repeatedly decried on the part of Israel for being racist, inhumane, internationally criminal, and morally unacceptable.

The West’s wide embrace of Palestinianism has been led, for the most part, by the intellectual elites, whose own biases against Israel and the United States serve to animate, and widely promote, the campaign to vilify, defame, and delegitimize Israel. While the ideological antics of anti-Israel student groups are the most visible aspects of the hate-Israel agenda, this acting out and shrill rhetoric from students would be inconsequential were it not for the full intellectual and moral support this movement enjoys from faculty membersthose with the prestige and academic muscle to lend credibility and influence to the war of ideas against the Jewish state.

The liberal slant of university faculties has made it inevitable that many college professors question the integrity of Zionism, if not forthrightly denounce the very existence of Israel as a moral stain on the world that oppresses Arabs and tars the United States as an accomplice in this perceived unjustified colonial, militaristic oppression. The self-righteous professors who perpetually denounce Israel, though, may or may not have a great moral commitment to the Palestinians at all.

In fact, that is often incidental to their primary objective: not to actually assist the Palestinian self-determination with constructive, tactical advice and support—which has always been sorely, and visibly, lacking—but to weaken support for Israel with the ultimate intention, shared by Israel’s jihadist foes, of eventually eliminating it altogether. The phony rectitude which they use to insulate themselves from critique comforts those who would otherwise see the fundamental moral cruelty of their assaults of Israel. And they are also craven in their self-righteousness for taking such a strident stance against Israel, a point of view and a philosophical approach that requires no courage in the Jew-hating West.

Of course, virtue-signaling one’s commitment to the oppressed is rampant among the campus Leftists, many of whom feel that, because they seek social justice for the Palestinians and are attempting to strike down what they define as the new Israeli version of apartheid, anything they say or do to delegitimize Israel is acceptable, even necessary. Thus, they hector Israel to mend its political ways not only to end Palestinian suffering, but also, they allege, for the good of both Israelis and Diaspora Jews.

These fatuous professors (and their complicit students), who never have had to face any physical threat more serious than being bumped while waiting in line for a latte at Starbucks, are very willing to scold Israel when it defends itself from unceasing rocket attacks from Gaza meant to murder Israeli civilians. These same professors, many of the vilest critics of whom are from departments of humanities, literature, anthropology, history, and sociology, are, without any expertise in military affairs, eager to advise Israeli officials on the rules of war and denounce the lack of “proportionality” in Israel’s attempts to defend its population from jihadist murderers. And so eager are they to publicly assert their righteousness as defenders of the Palestinian cause, they embrace and “eroticize” terroristic violence and willingly align themselves with Israel’s deadly foes who seek its annihilation, catering, as essayist David Solway lyrically put it, “to the ammoniac hatred of the current brood of crypto-antisemites [sic] posing as anti-Zionists.”

This cultural condescension, the disingenuous lie from the Left that all cultures are equal, but some are more or less equal, to paraphrase Orwell, leads liberals into the moral trap where they denounce Israel’s military self-defense as being barbaric, criminal, and Nazi-like (because Israel is a powerful, democratic nation) and regularly excuse or apologize for genocidal Arab terrorism as an acceptable and inevitable result of a weak people suffering under Western oppression. Violence on the part of the oppressed is accepted by liberals because it is deemed to be the fault of the strong nations whose subjugation of those defenseless people is the very cause of their violent resistance.

In fact, when Israel-loathing Leftist professors, such as Columbia University’s toxic Joseph Massad, apologize for Palestinian terror, he justifies it by characterizing the very existence of Israel as being morally defective, based, in his view, on its inherent racist and imperialist nature. For him, nations that are racist and imperialistic cannot even justify their own self-defense, while the victims of such regimes are free to “resist,” based on the Left’s notion of universal human rightsbut especially for the weak. “What the Palestinians ultimately insist on is that Israel must be taught that it does not have the right to defend its racial supremacy,” Massad has written, “and that the Palestinians have the right to defend their universal humanity against Israel's racist oppression.”

As part of academia’s fervent desire to make campuses socially ideal settings where racial and cultural strife ceases to exist, Palestinianism gains traction as part of the campaign to realize “social justice” for marginalized victim groups—the long-aggrieved Arab Palestinians among them, now the Third World’s favorite victim.

For the Left, according to David Horowitz, a former radical leftist turned conservative, social justice is “the concept of a world divided into oppressors and oppressed.”  Those seeking social justice, therefore, do so with the intention of leveling the economic, cultural, and political playing fields; they seek to reconstruct society in a way that disadvantages the powerful and the elites, and overthrows them if necessary—in order that the dispossessed and weak can acquire equal standing. In other words, the Left yearns for a utopian society which does not yet exist and is willing to reconstruct and overturn the existing status quo—often at a terrible human cost—in the pursuit of seeking so-called “justice” for those who, in their view, have been passed over or abused by history. According to Horowitz, this “radicalism is a cause whose utopian agendas result in an ethic where the ends outweigh and ultimately justify the means,” a view which has meant that Western leftists have come to share sympathy for the tactics and ideology of jihadists who seek to overturn Western ideals in their pursuit of an Islamic caliphate, what Horowitz calls an “unholy alliance” of the Left and Islamists in their pursuit of social justice.

In this dangerous alliance, Israel is continually slandered as a racist state, an aggressive, militaristic regime that inflicts disproportionate suffering on the hapless Palestinians, lubricating the argument that this inequality is inherently and inexorably wrong, that it must be corrected and made just. Thus, when such radical student groups as Students for Justice in Palestine have as their core mission, as their name implies, bringing their own vision of justice to the Middle East, it is justice only for the oppressed, the Palestinians, and not for the oppressor, Israel, whose position of power was made possible only because of a “hierarchy of class and race [which] exists globally.”

For the Left, social justice is solely for the disenfranchised, the ‘victims’ of unjust Western societies, those whose suffering is ostensibly caused by and is the fault of imperialistic, capitalistic, militant, hegemonic nations—America and Israel foremost among them. And on campuses, where liberal professors have nearly made sacred the politics of race and class and have identified specific sets of favored victim groups for whom justice will be sought, the cult of “victimhood” has even led to compulsory instruction on the mechanics of achieving social justice for the weak in society.

This view of the Jew, or of Israel, the Jewish state, as a political destabilizer, is, of course, also central to the ideology of Palestinianism and the notion that the victims of Jewish power are the dispossessed and weak for whom liberal academics purportedly seek justice. Any tactics, including terror and violence, are considered appropriate and excusable in the victims’ cause of throwing off the yoke of oppression, so the Palestinian, clearly made to suffer daily humiliation and endlessly deprived of a homeland and the right to self-determination, has become the perfect example of the contemporary victim archetype, the Third-World “other,” an ever-present, homeless, dispossessed tragic refuge whose plight could be traced directly to supposed colonialism on the part of the “settler” state of Israel.

This rationalization, that violence is an acceptable, if not welcomed, component of Palestinianism—that is, that the inherent “violence” of imperialism, colonialism, or capitalism will be met by the same violence as the oppressed attempt to throw off their oppressors—is exactly the style of self-defeating rationality that in this age has proven to be an intractable part of the war on terror. America-hating and Israel-hating academics have not infrequently wished for harm to come to these countries at the hands of the victim groups to whom they readily give their sympathies. They frequently, and mistakenly, ascribe to poverty and helplessness the inclination to lead to terrorism on the part of otherwise weak and oppressed individuals. And, like leftist apologists for revolutionary violence in earlier examples of resistance, they see an opportunity for the tables to be turned on the oppressors and an equal distribution of suffering to be brought about in the resulting power shift.

The nearly total rejection by the Left of any recognition of goodness on the part of Western countries, cultivating and promoting Palestinianism, is, according to commentator Melanie Phillips, symptomatic of academics' belief in their own moral superiority, a feature which, at least in their own minds, gives them a more genuine and principled worldview.

“In the grip of a group-think that causes them to genuflect to victim-culture and the deconstruction of western morality and the concept of truth,” Phillips wrote, “a dismaying number of our supposedly finest minds have been transformed from people who spread enlightenment to those who cast darkness before them.”